Souhaitez-vous quitter le site ?

Vous allez quitter le site www.amgen.fr et être redirigé vers un site externe. Amgen France n'est pas responsable du contenu présent sur ce site.

Le cancer c’est quoi

Le terme « cancer » englobe un groupe de maladies très différentes pouvant toucher l’organisme1. Elles sont caractérisées par un dysfonctionnement de certaines cellules anormales qui se multiplient de façon rapide et incontrôlée2.

On parle d’un groupe de maladies car un cancer peut toucher n’importe quelle partie du corps3. Selon le dernier rapport de l’Institut National du Cancer (INCa), les cancers les plus fréquents en France sont ceux de la prostate, du sein, du côlon-rectum (gros intestin) et du poumon3. Toujours l'INCa, 382 0003 nouveaux cas ont été diagnostiqués en France en 2018. Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) a, quant à lui, récemment estimé à 18,1 millions le nombre de nouveaux cas diagnostiqués dans le monde en 20184.

Dans de nombreux cancers, ce développement de cellules anormales donne lieu à des tumeurs solides. Dans les hémopathies malignes, les cellules circulent dans le sang et ne forment pas de tumeurs.

Les cancers traités par Amgen France

Les tumeurs solides

Les tumeurs solides sont des masses dues à une multiplication excessive de cellules, cancéreuses ou non. Les tumeurs solides cancéreuses sont repérables par un amas de cellules localisé. La majorité des cancers sont des tumeurs solides5.

  • Cancer-colorectal Cancer colorectal

    Le cancer colorectal se développe dans les cellules du colon ou du rectum. Il fait suite dans 60 à 80 % des cas, à une tumeur bénigne, appelée polype adénomateux, qui évolue lentement et finit par devenir cancéreuse6.

    En France, le cancer colorectal se situe, tous sexes confondus, au troisième rang des cancers les plus fréquents : le deuxième chez les femmes et le troisième chez les hommes. Il survient en grande majorité chez les personnes âgées de 50 ans et plus7.


  • Cancer-gastrique Cancer gastrique

    Le cancer gastrique est une tumeur maligne qui prend naissance dans les cellules de l’estomac. Le cancer se développe le plus souvent dans la muqueuse gastrique. Ce type de cancer porte le nom d’adénocarcinome de l’estomac. Des types rares de cancers de l’estomac peuvent aussi se manifester comme les lymphomes non hodgkiniens gastriques et les sarcomes des tissus mous8.

    On estime à environ 6 550 le nombre de nouveaux cas de cancers de l'estomac en France en 2012, dont près de 66 % concernent des hommes11.

  • Cancer-du-poumon Cancer du poumon

    Un cancer du poumon est une maladie des cellules bronchiques ou, plus rarement, des cellules qui tapissent les alvéoles pulmonaires. Il se développe à partir d’une cellule initialement normale qui se transforme et se multiplie de façon anarchique, jusqu’à former une masse appelée tumeur maligne9.

    Il existe deux principaux types de cancers du poumon en fonction de l’origine des cellules des bronches dont ils sont issus : les cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC), qui représentent près de 85 % des cancers du poumon ; les cancers bronchiques à petites cellules (CBPC), qui représentent près de 15% des cancers du poumon9.
    En 2015, le cancer du poumon touche en France plus de 45 000 nouvelles personnes, dont 67 % d’hommes et 33 % de femmes. Le cancer du poumon se situe au deuxième rang des cancers chez l’homme et au troisième chez la femme. Chez l’homme, le nombre de nouveaux cas de cancer du poumon est quasiment stable depuis 1980. En revanche, chez la femme, il est en forte progression. Il a été multiplié par sept ces 30 dernières années et a quasiment doublé entre 2000 et 2012. Ces évolutions sont principalement liées au tabagisme, qui a augmenté chez les femmes12.

  • Cancer-de-la-prostate Cancer de la prostate

    La majorité des cancers de la prostate sont des adénocarcinomes (90 %) ; ils se développent à partir des cellules qui constituent le tissu de revêtement de la prostate (cellules épithéliales)10.

    Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent, à la fois chez l’homme et dans l’ensemble de la population. Il est très rare avant 50 ans et son incidence augmente progressivement avec l’âge. L’âge moyen au moment du diagnostic est de près de 70 ans10.

  • Cancer-du-sein Cancer du sein

    Un cancer du sein résulte d'un dérèglement de certaines cellules qui se multiplient et forment le plus souvent une tumeur. Certains sont agressifs et évoluent très rapidement, d’autres plus lentement. Dans la majorité des cas, le développement d'un cancer du sein prend plusieurs mois, voire plusieurs années.

    Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. Il représente plus du tiers de l'ensemble des nouveaux cas de cancer chez la femme11.

Hémopathies malignes

Les hémopathies malignes, sont des cancers développés à partir de cellules du sang. Chaque année, plus de 45 000 personnes en France développent une hémopathie maligne12.

Les hémopathies malignes sont dues à des anomalies de la moelle osseuse et au développement anormal de certaines cellules du sang (globules blancs, globules rouges, plaquettes) lors de leur maturation. Elles peuvent être regroupées en trois familles13 :

-   Les leucémies, caractérisées le plus souvent par la présence de cellules anormales circulant dans le sang,
-   Les myélomes, qui se manifestent notamment par des lésions osseuses,
-   Les lymphomes, qui touchent principalement les ganglions et le système lymphatique.

  • Myelome-multipleLeucémie aigüe lymphoblastique

    La leucémie aiguë lymphoblastique est un cancer qui se développe dans les cellules souches du sang et évolue rapidement. Les cellules souches sont des cellules de base qui se transforment en différents types de cellules qui ont des fonctions distinctes. En se développant, les cellules souches du sang deviennent des cellules blastiques, qui sont des cellules sanguines immatures. Avec le temps, les cellules blastiques prennent la place des cellules sanguines normales, les empêchant ainsi d’accomplir leur rôle14.

    Même si la LAL peut toucher toutes les classes d’âge, 42,5% des personnes concernées ont moins de 15 ans et la particularité de cette hémopathie maligne est un âge médian au diagnostic très

    jeune, respectivement de 17 ans chez l’homme et 18 ans chez la femme12.

  • Myelome-multipleMyélome multiple

    Le myélome multiple se développe dans les plasmocytes : des globules blancs qui fabriquent des anticorps (immunoglobulines) pour aider à combattre les infections. Le myélome multiple se manifeste quand il y a une accumulation de nombreux plasmocytes anormaux (cellules myélomateuses) dans la moelle osseuse qui empêche les autres cellules sanguines de la moelle de se développer normalement.

    Les cellules myélomateuses fabriquent une substance qui peut entraîner des dommages aux os.

    Elles produisent également des protéines anormales qui peuvent affecter d’autres organes, comme les reins15.

    Le myélome multiple concerne chaque année 4 000 nouveaux patients en France16.

    Nos projets en lien avec le myélome multiple


Dans cette thématique

Back to Top