×

Souhaitez-vous quitter le site ?

Vous allez quitter le site www.amgen.fr et être redirigé vers un site externe. Amgen France n'est pas responsable du contenu présent sur ce site.

×

Souhaitez-vous quitter le site ?

Vous allez quitter le site www.amgen.fr et être redirigé vers un site externe. Amgen France n'est pas responsable du contenu présent sur ce site.

Mars Bleu - un mois dédié à la lutte contre le cancer colorectal

Il représente, par sa fréquence le deuxième cancer chez la femme et le troisième chez l’homme1– c’est le cancer colorectal. Détecté à temps, il peut être guéri dans 9 cas sur 102 ! Alors quels éléments de cette pathologie sont à connaître : dépistage, facteurs de risques, bonnes pratiques… ?  Mars Bleu fait le point lors d’un mois entier dédié au cancer colorectal dans le but de mieux lutter contre la maladie.

 

Le cancer colorectal – le connaître et reconnaître 

Le cancer colorectal se développe à partir des cellules qui tapissent la paroi interne du colon ou du rectum. D’ordre général ce cancer se déclare après 50 ans (95% des nouveaux cas, dont 46% après 74 ans)3.

Le cancer colorectal n’est pas sexiste, en effet 47% des personnes qui en sont atteintes sont des femmes et 53% des hommes3, la lutte contre cette pathologie concerne tout le monde.

Mars bleu pas juste pour les hommesLes symptômes du cancer colorectal sont imperceptibles. Pour autant, quelques signaux peuvent alerter sur cette maladie : des douleurs abdominales, un taux d’hémoglobines dans le sang inférieur à la normale (anémie), un amaigrissement inexpliqué, des troubles du transit intestinal, une altération de l’état de santé général, la présence de sang dans les selles ou encore des saignements du rectum ou rectorragies (dans le cas de cancer du rectum).


Le dépistage du cancer colorectal – c’est simple ! 

Pour se faire dépister : c’est simple, rapide et efficace grâce au test immunologique. Il vous suffit d'obtenir un kit de dépistage chez votre médecin traitant et faire le prélèvement fécal à domicile4. Découvrez comment faire le test.

Mars bleu dépistage

Le dépistage ne tue pas et il est pris en charge à 100% par l’Assurance maladie !

Les facteurs de risque du cancer colorectal :

L’âge, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, les facteurs génétiques, l’exposition à des polluants ou substances chimiques peuvent présenter des facteurs de risque du cancer colorectal. D’autres éléments comme le tabagisme, l’alimentation non-équilibrée et l’inactivité physique représentent des risques qu’il est possible de limiter au quotidien.

A contrario l’activité physique, pendant la prise en charge de la maladie, peut apporter de nombreux bénéfices permettant une amélioration du bien-être global du patient5.

Luttons ensemble contre le cancer du côlon : le dépistage ne tue pas !

Chez Amgen, nous nous engageons pour une meilleure prise en charge du cancer colorectal. Cette année, nous lançons une campagne de sensibilisation au dépistage en partenariat avec Rose Association, association de soutien et de défense des droits des malades de cancer et la dessinatrice Lili Sohn. Un seul message : «  le dépistage du cancer colorectal c’est tous les deux ans à partir de 50 ans. »

Dépistage du cancer colorectal tous les deux ans

Des questions ? N’hésitez pas à vous rapprocher des professionnels de santé pour vous renseigner sur cette pathologie6 : 

  • votre médecin traitant
  • les gastroentérologues
  • les spécialistes en génétique


1. Institut National du Cancer : Professionnels de la Santé. Les chiffres du cancer en France. Epidémiologie des cancers. Les cancers les plus fréquents. Cancer colorectal, http://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Les-chiffres-du-cancer-en-France/Epidemiologie-des-cancers/Les-cancers-les-plus-frequents/Cancer-colorectal (accédé le 15 février 2018).
2. Institut National du Cancer : Comprendre prévenir dépister : Dépistage du cancer colorectal, http://e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Se-faire-depister/Depistage-du-cancer-colorectal (accédé le 15 févier 2018)
3. Ligue contre le cancer : Je m’informe sur le cancer, tous les cancers, cancer du côlon et du rectum. https://www.ligue-cancer.net/localisation/colon-rectum (accédé le 15 février 2018)
4. Fondation Arc pour la recherche sur le cancer, Cancer colorectal : le dépistage organisé, http://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Se-faire-depister/Depistage-du-cancer-colorectal/Vos-interlocuteurs  (accédé le 15 février 2018)
5. INCA. Fiche repère « Activité physique et cancers. ETAT DES CONNAISSANCES EN DATE DU 30 JANVIER 2012
6. E-cancer : Comprendre, Prévenir, Dépister, Se faire dépister, Dépistage du cancer colorectal, Vos interlocuteurs. https://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Se-faire-depister/Depistage-du-cancer-colorectal/Vos-interlocuteurs (accédé le 15 février 2017)

FR-NP-NPS-0218-061928


Il représente par sa fréquence le deuxième cancer chez la femme et le troisième chez l’homme1 : c’est le cancer colorectal. Détecté à temps, il peut être guéri dans 9 cas sur 102. A l’occasion de Mars Bleu, mois de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal, Amgen et Rose Association lancent une campagne grand public avec l’auteure de bandes dessinées Lili Sohn. Pour parler du dépistage de ce cancer parfois tabou, un mot d’ordre : l’humour !

Cancer colorectal touche aussi les femmes

Le cancer colorectal se développe à partir des cellules qui tapissent la paroi interne  du colon. Ce cancer se déclare après 50 ans dans 95% des nouveaux cas  : dans 47% des cas chez la femme et dans 53% chez l’homme1. Chaque année en France, plus de 42 000 nouveaux cas sont diagnostiqués.  Avant diagnostic, les symptômes du cancer colorectal peuvent être imperceptibles d’où l’importance de dépistages préventifs réguliers. L’INCa préconise un dépistage tous les deux ans à partir de 50 ans5.

« On croit souvent à tort que le cancer colorectal touche uniquement les hommes. Sans doute parce que l'intitulé "Mars bleu" évoque plutôt une pathologie masculine, de la même manière qu' "Octobre Rose" renvoie au cancer du sein féminin. Nous avons donc décidé de nous attaquer à cette idée reçue » précise Isabelle Huet-Dusollier, responsable partenariats et du plaidoyer au sein de Rose Association.


Des traitements efficaces mais une prévention primaire insuffisante

Avec les innovations thérapeutiques aujourd’hui disponibles, dans 9 cas sur 102, le cancer colorectal peut être guéri s’il est détecté à un stade précoce. La confirmation du diagnostic se fait via un test immunologique à faire à domicile. Un kit de dépistage est délivré par le médecin traitant pour faire un prélèvement fécal. Contrairement à certains dépistages contraignants ou douloureux, le dépistage du cancer colorectal est simple, rapide et indolore. L’INCa a d’ailleurs réalisé une vidéo très claire pour expliquer le mode d’emploi du test.

Pourtant, malgré ces initiatives, le taux de dépistage de ce cancer est encore trop faible. Seules 29% des personnes concernées (à partir de 50 ans) se font dépister6. Y aurait-il encore des tabous liés à ce dépistage ?


Une campagne multicanale sur le ton de l’humour pour lever les tabous autour du dépistage

Pour essayer de changer le regard sur ce dépistage, Amgen et Rose Association lancent une campagne de sensibilisation et d’information du grand public. Un message clé : « le dépistage du cancer colorectal c’est tous les deux ans à partir de 50 ans ». Cette campagne aux visuels impactant met en scène plusieurs personnages dans quatre scénettes qui illustrent quatre idées reçues sur le cancer colorectal et son dépistage. Les illustrations ont été réalisées par l’auteure de bandes dessinées Lili Sohn, connue pour son humour et son autodérision notamment vis-à-vis de la maladie. Une approche qui permet d’attirer l’attention sur le sujet et ainsi d’attirer un public moins institutionnel.

« Cette campagne de sensibilisation a été réalisée de A à Z avec Rose Association. Nous avons échangé à chaque étape : de la réflexion créative à la validation des affiches et vidéos de la campagne. La prise en compte du point de vue du patient est capitale pour ne pas passer à côté d’éléments essentiels et obtenir le message le plus juste. » précise Charlotte Warembourg, chargée de communication et des relations avec les associations de patients chez Amgen.

Cette nouvelle campagne, qui démarre le 1er mars, se déploie essentiellement sur internet et est accompagnée d’un dispositif complet de sensibilisation. Des affiches et des brochures seront disponibles dans tous les centres de dépistage de France et chez certains médecins généralistes. Les vidéos de la campagne seront diffusées sur la chaîne YouTube et le site internet d’Amgen France, sur le site de Rose Association et sur les réseaux sociaux.

Découvrir la vidéo :


Télécharger les affiches :

                  



A propos d’Amgen

Leader mondial des biotechnologies, Amgen innove pour soigner les patients atteints de maladies graves en utilisant les ressources du vivant pour concevoir des thérapies ciblées. Cette approche repose sur des technologies de pointe, telles que la génétique humaine, qui permettent de caractériser les mécanismes moléculaires à l’origine des maladies. Amgen focalise ses recherches sur les pathologies dont les besoins médicaux restent importants. C’est le cas du cancer colorectal.

Les avancées de la médecine personnalisée en oncologie digestive
En 2007, une étude menée par Amgen chez des patients atteints d’un cancer colorectal métastatique démontrait que le statut mutationnel d’un gène était prédictif de l’efficacité du traitement par un anticorps monoclonal de la classe des anti-EGFR. Amgen franchit en 2013 une nouvelle étape en identifiant de nouveaux biomarqueurs prédictifs de la réponse à ce traitement. Ces découvertes majeures ont fait évoluer la prise en charge des patients : la détermination du statut du gène RAS est devenue obligatoire dans le choix du traitement utilisé pour lutter contre le cancer colorectal métastatique.

En France, la généralisation de ce test génétique a bénéficié du soutien apporté par Amgen à la mise en place des plateformes de génétique moléculaire sous l’égide de l’Institut National du Cancer.

www.amgen.fr – retrouvez notre actualité et suivez-nous sur Twitter @AmgenFrance, LinkedIn et YouTube.

A propos de Rose Association

Rose est une association nationale de patients atteints ou ayant été atteints de cancer toutes pathologies confondues. Elle a pour mission d’informer, d’accompagner et de défendre les droits des malades. L’innovation sociale est au cœur de ses actions. Elle publie ainsi un magazine gratuit unique au monde à destination des femmes atteintes de cancer : Rose Magazine. Tiré à 180 000 exemplaires et distribué dans les services et centres de cancérologie en France, il permet à ses lectrices de se sentir moins seules et de trouver toutes les informations nécessaires pour traverser la maladie. Début 2016, l’association a ouvert La Maison Rose à Bordeaux, un cocon en centre-ville où les femmes en cours ou après leurs traitements peuvent se rencontrer, s’informer et suivre des ateliers et conférences gratuits. En janvier 2017, RoseCar, un service de co-voiturage gratuit pour les trajets domicile-travail, a été lancé afin d’apporter une solution innovante, pragmatique et solidaire à la baisse des remboursements de transports sanitaires, à l’engorgement des parkings d’hôpitaux et la sur-sollicitation des aidants. Rose a enfin mené un long combat pour la mise en place d’un droit à l’oubli permettant aux personnes guéries de pouvoir assurer leurs prêts (immobilier, professionnels, à la consommation) dans des conditions normales (sans surprime ni exclusion). Sous son impulsion, ce droit a été inscrit dans la loi, faisant de la France un précurseur.

A propos de Lili Sohn

Lili Sohn est auteure de Bd et vit à Marseille. Suite à un cancer du sein, elle publie sa première Bd, La guerre des tétons (Michel Lafon, 2014). Depuis elle collabore avec le milieu médical sur de nombreux projets de vulgarisation. Sa nouvelle Bd, Vagin Tonic, un guide décontracté de l'anatomie féminine (cisgenre) sortira en 2018 (Casterman). lilisohn.com 

1. Institut National du Cancer : Professionnels de la Santé. Les chiffres du cancer en France. Epidémiologie des cancers. Les cancers les plus fréquents. Cancer colorectal, http://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Les-chiffres-du-cancer-en-France/Epidemiologie-des-cancers/Les-cancers-les-plus-frequents/Cancer-colorectal (consulté le 15 février 2018).
2. Institut National du Cancer : Comprendre prévenir dépister : Dépistage du cancer colorectal, http://e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Se-faire-depister/Depistage-du-cancer-colorectal (consulté le 15 févier 2018).
3. Ligue contre le cancer : Je m’informe sur le cancer, tous les cancers, cancer du côlon et du rectum. https://www.ligue-cancer.net/localisation/colon-rectum (consulté le 15 février 2018).
4. HAS : Dépistage et prévention du cancer colorectal https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2013-07/referentieleps_format2clic_kc_colon-vfinale_2013-07-24_16-05-56_103.pdf (consulté le 23 février 2018).
5. INCa - Dépistage du cancer colorectal - Octobre 2017.
6. INVS – Santé Publique France - Taux de participation au programme de dépistage organisé du cancer colorectal 2015-2016 http://invs.santepubliquefrance.fr/fr../Dossiers-thematiques/Maladies-chroniques-et-traumatismes/Cancers/Evaluation-des-programmes-de-depistage-des-cancers/Evaluation-du-programme-de-depistage-du-cancer-colorectal/Indicateurs-d-evaluation/Taux-de-participation-au-programme-de-depistage-organise-du-cancer-colorectal-2015-2016 (consulté le 15 février 2018)

FR-NP-954-0218-061816