Souhaitez-vous quitter le site ?

Vous allez quitter le site www.amgen.fr et être redirigé vers un site externe. Amgen France n'est pas responsable du contenu présent sur ce site.

Actualités

Prévenir la perte d'autonomie, c'est possible !

vieillissement de population : nos propositions pour prévenir la perte d'autonomie

Le vieillissement constitue un défi majeur pour notre système de santé et de protection sociale, tout autant en termes de prise en charge que de financement. En témoignent les chiffres suivants : en 2016, 25,2% de la population française a plus de 60 ans et 9,3% plus de 75 ans; d’après les projections, en 2050, 10,8% de la population aura plus de 60 ans et 16,3% de la population aura plus de 75 ans1.

Amgen, acteur reconnu dans l’accompagnement thérapeutique des patients âgées, s’engage pour un changement de paradigme en faveur d’un système plus préventif. 

Nos 10 propositions pour la prévention de la perte d'autonomie

  PROPOSITION 1

RÉUNIR LES SOCIÉTÉS SAVANTES AFIN DE DÉFINIR UN CONSENSUS SUR LES FACTEURS PRÉDICTIFS UTILISABLES DANS LE DIAGNOSTIC DES PRINCIPALES PATHOLOGIES CHRONIQUES.

 Proposition 2

Développer et/ou promouvoir l’utilisation des outils de l’intelligence artificielle pour la définition de facteurs prédictifs et pour les diagnostics des patients.

 Proposition 3

 Protocoliser la collecte et la transmission des informations relatives aux facteurs de risque de perte d’autonomie.

 Proposition 4

 Créer une consultation systématique « Prévention du risque de perte d’autonomie », par exemple au moment du passage à la retraite, sur le modèle de la consultation de « Protection maternelle et infantile ».

 Proposition 5

 Prévoir des rémunérations sur objectifs de santé publique pour les médecins généralistes incitant au diagnostic de maladies susceptibles d’entraîner une perte d’autonomie.

 Proposition 6

Créer une consultation de « Bilan des facteurs de risque de perte d’autonomie » pour les patients hospitalisés pour un événement susceptible d’affecter son autonomie, afin de : 
  • Diagnostiquer la maladie sous-jacente à l’événement qui a conduit à l’hospitalisation du patient
  • Rechercher d’autres facteurs de risque de perte d’autonomie (neurodégénératifs, hypertension, isolement, …)
Et identifier les acteurs responsables de cette consultation.

 Proposition 7

Expérimenter des organisations pluridisciplinaires de suivi du patient âgé en sortie d’hospitalisation et confier aux pharmaciens d’officine un rôle de coordinateur du parcours de la personnes âgée en situation de risque de perte d’autonomie et prévoir une incitation financière pour rendre ce nouveau rôle attractif.

 Proposition 8

Elargir le financement forfaitaire des pathologies chroniques introduit par la LFSS pour 2019, pour le diabète et l’insuffisance rénale chronique, au parcours des personnes âgées. Cet élargissement est d’ailleurs envisagé par la Task-force sur la réforme des modes de financement et de régulation présidée par Jean-Marc Aubert, Directeur de la Recherche, des Études, de l’évaluation et des Statistiques.

 Proposition 9

Organiser l’hospitalisation à domicile pour répondre aux besoins des personnes âgées en développant des outils d’accompagnement des professionnels (aide à l’éligibilité du patient à l’hospitalisation à domicile (HAD), outil de coordination des livraisons en ville).

 Proposition 10

Elaborer avec les sociétés savantes et les associations représentatives des personnes âgées et de leurs aidants des indicateurs de satisfaction (‘Patients reported outcomes measurement’ (PROM)) de prise en charge de l’autonomie pour les patients âgés.

Quelles sont nos actions concrètes pour améliorer la prise en charge des personnes âgées

Développer des facteurs prédictifs de maladies.

En soutenant des travaux de start-ups et groupes académiques développant une utilisation de l’intelligence artificielle. L’objectif étant de prédire la survenue d’un événement cardiovasculaire ou d’identifier des biomarqueurs impliqués dans le développement de la maladie d'Alzheimer.

Favoriser le diagnostic précoce des maladies chroniques auprès des professionnels de santé

Optimiser les parcours de santé des patients à risque de perte d'autonomie

  • En analysant les parcours de santé des patients, notamment les patients atteints d’ostéoporose ou de maladies cardiovasculaires. En identifiant les biais dans le parcours expliquant les défauts de prise en charge du patient.
  • En proposant à nos partenaires de travailler à des projets d’amélioration des points de rupture, afin de tenter de pallier ces absences de prise en charge et mieux répondre aux besoins de santé des patients. 
  • En soutenant, enfin, les dispositifs visant à mesurer et recueillir la satisfaction des patients, afin de leur donner le pouvoir de participer à l’amélioration des pratiques existantes. 

Soutenir le développement de nouveaux modes de prise en charge

  • En organisant des réflexions pluridisciplinaires visant à développer le recours à l’hospitalisation à domicile, s’agissant notamment de l’administration des chimiothérapies. Pour certains patients, notamment âgés, une prise en charge à domicile peut en effet s’avérer plus adaptée aux besoins des patients. 
  • En évaluant la pertinence du recours à la télésurveillance. Cette nouvelle forme de pratique médicale à distance représente une réponse pertinente à la prise en charge de pathologies liées au vieillissement tout en constituant une voie d’amélioration de l’accès aux soins. 
1. « Tableaux de l’économie française », Population par âge, INSEE – Edition 2018 https://www.insee.fr/fr/statistiques/3303333?sommaire=3353488

FR-C-NPS-0419-07365(1)-AVRIL 2019

Back to Top