×

Souhaitez-vous quitter le site ?

Vous allez quitter le site www.amgen.fr et être redirigé vers un site externe. Amgen France n'est pas responsable du contenu présent sur ce site.

×

Souhaitez-vous quitter le site ?

Vous allez quitter le site www.amgen.fr et être redirigé vers un site externe. Amgen France n'est pas responsable du contenu présent sur ce site.

Ostéoporose : agir pour prévenir les fractures


L’ostéoporose est une maladie du squelette qui constitue un véritable problème de santé publique1. Trop souvent ignorée, cette maladie touche des millions de personnes en France avec des conséquences pouvant être graves. Il est important d’agir pour prévenir et combattre cette maladie2, on vous en dit plus dans cet article.

Comprendre l’ostéoporose en 3 points


  1. Une maladie osseuse chronique2
  2. L’ostéoporose, ou maladie de l’os poreux, est une maladie chronique du squelette caractérisée par une diminution de la résistance osseuse. Les os perdent de leur densité. Leur structure interne se détériore. Conséquence : une fragilité osseuse qui augmente le risque de fractures.

  3. Une maladie longtemps silencieuse
  4. De nombreuses personnes sont touchées par l’ostéoporose sans le savoir2. Cette maladie est longtemps silencieuse, sans signes ni symptômes, jusqu’à la survenue d’une fracture3. Une personne souffrant d’ostéoporose a un risque accru de fractures, même lors de traumatismes légers4. Une chute anodine, un choc, un mouvement brusque ou le simple fait de se courber ou de se relever peuvent entraîner une fracture5.

  5. Une maladie fréquente
  6. On estime qu’une fracture liée à l’ostéoporose survient toutes les 30 secondes en Europe2. En France, ce sont plus de 5 millions de personnes qui sont touchées par cette maladie osseuse2. Celle-ci est le plus souvent liée à l’âge4. A partir de 50 ans, une femme sur trois et un homme sur cinq subiront une fracture ostéoporotique au cours de leur vie6. Et à partir de 80 ans, une femme sur deux sera atteinte d’ostéoporose7.

Un diagnostic, une prise en charge et un suivi insuffisant


L’ostéoporose est souvent révélée lors de la survenue d’une fracture, alors qu’un diagnostic et une prise en charge précoces sont possibles3. Dans un rapport paru en 2015, l’Assurance Maladie partageait un constat alarmant : entre 2011 et 2013, on a constaté chaque année une baisse du nombre d'ostéodensitométries de 6 %6.

Dans ce même rapport, l’Assurance Maladie rapportait également les observations issues de l’étude du parcours de soins de patients hospitalisés en 2012 pour fracture ostéoporotique :

  • avant leur hospitalisation, seuls 3 % des patients s’étaient vus prescrire une ostéodensitométrie osseuse ;
  • après leur hospitalisation, 52 % des patients n’ont revu aucun médecin dans le mois qui a suivi et seuls 15 % des patients ont fait l’objet d’un traitement spécifique de l’ostéoporose ;
  • 29 % des patients étaient réhospitalisés dans les 6 mois6.

On estime que plus de 80 % des patients ne bénéficient pas d’un suivi approprié après hospitalisation8.

Un enjeu majeur : bien vieillir ensemble !


La lutte contre l’ostéoporose représente un enjeu majeur de santé publique et un défi grandissant pour les années à venir9. En effet, avec l’augmentation de l’espérance de vie, on estime que le nombre annuel de fractures ostéoporotiques va passer de 380 000 en 2017 à 470 000 en 20309. Cela représente une hausse de 24,4 % en moins de 15 ans9.

Les fractures ostéoporotiques représentent un obstacle au vieillissement en bonne santé car elles ont un impact non négligeable sur la qualité de vie et l’autonomie, et exposent à un surrisque de décès2,9.

Douze mois après une fracture du col du fémur, 80 % des patients subissent une perte d’autonomie, 30 % un handicap au long cours et 20 à 27 % sont décédés2.

L’impact des fractures ostéoporotiques est physique mais il peut aussi être social et émotionnel5,9. Le risque accru de fracture peut amener les patients à changer leur attitude, modifier leur niveau d’interaction sociale et éviter certaines activités9. La mobilité réduite causée par les fractures peut entraîner un sentiment d’isolement ou de dépression5. Chez les personnes toujours en activité, les fractures peuvent compliquer la poursuite de l’activité professionnelle5.

Comment prévenir la perte d’autonomie et ses conséquences ? Retrouvez nos 10 propositions pour la mise en place d’un système plus efficace pour la prévention.

Dépister le plus tôt possible pour traiter plus efficacement


Les études ont démontré qu’il est possible de prévenir la survenue de fractures grâce une prise en charge adaptée1. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à ouvrir la discussion avec son médecin à ce sujet. Une ostéodensitométrie osseuse est prescrite en cas de suspicion d’ostéoporose pour confirmer ou infirmer le diagnostic, et ainsi prendre les mesures adaptées1.

Conscients de l’enjeu que représente le diagnostic précoce de l’ostéoporose, nous avons lancé une vaste opération de sensibilisation à l’échelle européenne : #ProtectUrLife. Organisée pour la seconde année consécutive, cette initiative prend place dans différentes villes européennes et propose d’évaluer son risque de fragilité osseuse et de maladies cardiovasculaires en moins de 20 minutes.

Nous sommes également partenaire de la société FEETME qui a mis en place une étude dans le service de rhumatologie de l'hôpital Cochin afin d'évaluer sa semelle connectée innovante dans la prévention des chutes. Objectif ? Identifier de nouveaux marqueurs prédictifs du risque de chutes.

Références :

  1. Haute Autorité de Santé (HAS). Prévention, diagnostic et traitement de l’ostéoporose. Note de synthèse. Juillet 2006. Disponible à l’adresse : https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/osteoporose_synthese.pdf. Consulté le 12 octobre 2019.
  2. Association française de lutte antirhumatismale (AFLAR). Livre blanc des états généraux de l’ostéoporose. Présenté au Sénat le 17 octobre 2017. Disponible à l’adresse : http://www.aflar.org/IMG/pdf/livre_blanc-version_legere.pdf. Consulté le 12 octobre 2019.
  3. Assurance Maladie. Ostéoporose : diagnostic et évolution. 28 novembre 2018. Disponible à l’adresse : https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/osteoporose/diagnostic-evolution. Consulté le 12 octobre 2019.
  4. Assurance Maladie. Comprendre l’ostéoporose. 28 novembre 2018. Disponible à l’adresse : https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/osteoporose/comprendre-osteoporose#text_7449. Consulté le 12 octobre 2019.
  5. International Osteoporosis Foundation (IOF). Ça, c’est l’ostéoporose. Un mini guide sur l’ostéoporose, sa prévention et son traitement. Octobre 2019. Disponible à l’adresse : http://worldosteoporosisday.org/sites/default/WOD-2019/resources/campaign/Patient-Leaflet-2019-WEB-fr.pdf. Consulté le 12 octobre 2019.
  6. Caisse Nationale de l'Assurance Maladie (CNAM). Propositions de l’Assurance Maladie pour 2016. 2 juillet 2015. Disponible à l’adresse : https://www.ameli.fr/sites/default/files/rapport-activite-charges-produits-16_assurance-maladie.pdf. Consulté le 12 octobre 2019.
  7. Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques (DREES). L’état de santé de la population en France. Rapport 2011. Disponible à l’adresse : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/etat_sante_2011.pdf. Consulté le 12 octobre 2019.
  8. Briot K, et al. 2018 update of French recommendations on the management of postmenopausal osteoporosis. Joint Bone Spine 2018; 85:519-530.
  9. International Osteoporosis Foundation (IOF). Os brisés, vies brisées : une feuille de route pour résoudre la crise des fractures de fragilité en France. 2018. Disponible à l’adresse : https://www.iofbonehealth.org/broken-bones-broken-lives. Consulté le 12 octobre 2019.


FR-NP-NPS-1119-079678 – Novembre 2019