Souhaitez-vous quitter le site ?

Vous allez quitter le site www.amgen.fr et être redirigé vers un site externe. Amgen France n'est pas responsable du contenu présent sur ce site.

Actualités

E-santé, une solution pertinente aux défis du système de santé


Téléconsultation, applications mobiles de suivi médical à distance… les outils numériques au service des patients et des professionnels de santé ont été massivement employés face à l’épidémie de COVID-191,2. Quelle est leur place dans la santé de demain ? Quels sont les enjeux liés au déploiement de la e-santé ? Cet article apporte des réponses à ces questions et revient sur plusieurs enseignements de la crise sanitaire actuelle.

La e-santé, de multiples applications au service de la santé

La e-santé, aussi appelée santé numérique ou santé connectée, ne se limite pas à la téléconsultation dont l’usage s’est considérablement accéléré face à l’épidémie de COVID-19,1,3,4.

La e-santé désigne en effet un vaste domaine d’applications des technologies de l’information et de la télécommunication au service de la santé, selon la définition de la Haute Autorité de Santé3.

Citons quelques exemples d’applications de la e-santé : le système de carte vitale, le dossier médical partagé, les logiciels d’aide à la prescription pour les médecins, la téléconsultation, la télésurveillance médicale, ainsi que la santé mobile (ou m-santé) qui recouvre un univers large d’objets connectés et d’applications mobiles3-5.

La e-santé est un domaine en plein développement qui prend des formes variées en réponse aux nombreux défis auxquels le système de santé français fait actuellement face ou devra faire face dans les prochaines années4-8.

Relever les défis d’accessibilité aux soins

Face à l’épidémie de COVID-19, la e-santé a rapidement prouvé son intérêt pour pallier certaines problématiques d’accessibilité aux soins7. Pour preuve, plus de 5 millions de téléconsultations ont été réalisées lors du premier confinement, ce qui a permis d’assurer le suivi médical à distance de nombreux patients1.

Des plateformes technologiques ont également été mises au point pour assurer le suivi à domicile de patients atteints de la COVID, et ainsi limiter l’engorgement des services hospitaliers2. Par exemple, en Ile-de-France, 140 000 patients ont pu être suivis à distance entre mars et septembre 2020 grâce à la plateforme de télésuivi COVIDOM9.

Au-delà de la crise sanitaire actuelle, les outils de e-santé apparaissent comme une solution aux difficultés d’accès aux soins rencontrées dans certains territoires7. La télémédecine pourrait notamment contribuer à lutter contre les déserts médicaux, qui concernent plus de 7 millions des Français en 2018 selon une étude publiée récemment par l’Association des Maires de France et la Mutualité Française10-11.

Un déclin de l’accessibilité géographique aux médecins est en effet constaté depuis plusieurs années, notamment en raison des nombreux départs à la retraite de médecins qui ne sont pas compensés par de nouvelles installations12. On peut y voir un effet prolongé du numerus clausus ayant limité pendant de nombreuses années le nombre d’étudiants pouvant être admis en deuxième année de médecine12.

Faire face à la hausse des besoins médicaux liés au vieillissement de la population

La e-santé peut aussi apporter des réponses face à l’évolution démographique, et en particulier face au vieillissement de la population qui s’accompagne d’une hausse des besoins médicaux7,13,14,15.

L’enjeu est de taille alors que la France comptera 70 millions d’habitants en 2030, dont un quart de personnes de 65 ans ou plus selon les dernières projections13. Il est indéniable que la télémédecine contribuera à faire face à ce défi7.

On pense non seulement à la démocratisation de la téléconsultation, mais aussi à la généralisation de la télésurveillance médicale qui fait l’objet d’expérimentations depuis 20187. Cette seconde forme de télémédecine permet à un professionnel de santé d’interpréter à distance des données recueillies sur le lieu de vie du patient16.

On estime par ailleurs que le système de santé français devra en 2030 prendre en charge 1,4 à 1,7 million de personnes âgées dépendantes13. Face à ce constat, des dispositifs connectés ont par exemple été développés pour faciliter le suivi des personnes âgées dépendantes avec l’envoi d’alerte en cas d’incidents17.

Apporter des solutions concrètes face à la montée des maladies chroniques

Les regards se tournent aussi vers la e-santé pour faire face au défi majeur que représente la hausse du nombre de patients atteints de maladies chroniques, ces affections de longue durée évolutives qui nécessitent un suivi médical régulier7,13,18.

Diabète, insuffisance cardiaque grave, insuffisance respiratoire chronique grave… une affection de longue durée était reconnue chez 10 millions de Français en 2014, une proportion qui pourrait connaître une augmentation de 50 % d’ici 2030 selon les dernières estimations13,19.

Face à ce constat, plusieurs solutions e-santé ont d’ores et déjà été développées pour accompagner les patients chroniques au quotidien et faciliter le suivi par les professionnels de santé. Dans le cadre de notre programme Amgen Innovations, nous avons par exemple apporté notre soutien au développement de l’assistant digital ROMI qui facilite les liens entre patients, aidants et soignants dans le myélome multiple (cancer touchant des cellules du système de défense de l’organisme20). L’application permet notamment d’envoyer une alerte au médecin lorsque des symptômes inquiétants sont relayés par le patient ou l’aidant.

Aider le patient à s’impliquer davantage dans le parcours de soins

Parmi les perspectives prometteuses de la e-santé, l’autonomisation des patients atteints de maladies chroniques est souvent mise en avant7,8,21. Les patients deviennent plus autonomes grâce à l’usage d’outils numériques leur permettant notamment de suivre leur maladie, de s’informer et d’interagir avec le corps médical7,21.

Un exemple concret : l’application TAVIE PSO qui a été développée pour accompagner au quotidien les patients atteints de psoriasis, maladie chronique inflammatoire de la peau caractérisée par l’apparition de plaques rouges et squameuses22. Initiative de l’association France Psoriasis soutenue par notre programme Amgen Innovations, l’application présente plusieurs fonctionnalités pour favoriser l’autonomisation des patients et leur implication dans le parcours de soins : coachings virtuels sous forme de vidéos, quiz, outil d’aide à la préparation des rendez-vous médicaux, rappel de médicaments…

Cette autonomisation des patients ne signifie pas qu’ils ne consultent plus leur médecin. Les patients expriment toujours une forte attente de réassurance médicale, selon une analyse de l’institut de sondage Ipsos qui précise également que l’autonomisation des patients rend la relation patient-médecin plus collaborative21. En comprenant mieux leur maladie et la prise en charge associée, les patients peuvent mieux suivre les conseils de leur médecin8.

La e-santé présente ainsi de nombreuses perspectives prometteuses pour accompagner la transformation du système de santé français face aux nombreux enjeux actuels et futurs. Son déploiement représente une évolution majeure qui, comme toute évolution, implique de relever certains défis et de prendre en compte certains points de vigilance. Un rapport récent appelle notamment à définir un cadre juridique et réglementaire adapté à l’innovation en santé, à développer un cadre d’évaluation adapté, et à garantir un accès équitable aux solutions e-santé pour éviter un accroissement des inégalités en santé7.



Références :

  1. Assurance Maladie. Téléconsultation et Covid-19 : croissance spectaculaire et évolution des usages. 21 juillet 2020. En ligne : https://www.ameli.fr/medecin/actualites/teleconsultation-et-covid-19-croissance-spectaculaire-et-evolution-des-usages (Consulté le 14/12/2020).
  2. Service Public. Application Covidom : un télésuivi des patients porteurs ou suspectés de Covid-19. 18 mars 2020. En ligne : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A13927 (Consulté le 14/12/2020).
  3. Haute Autorité de Santé. E-santé. 7 novembre 2016. En ligne : https://www.has-sante.fr/jcms/c_2056029/en/e-sante (Consulté le 14/12/2020).
  4. IRDES. La e-santé : télésanté, santé numérique ou santé connectée. Bibliographie thématique. Juillet 2019. En ligne : https://www.irdes.fr/documentation/syntheses/e-sante.pdf (Consulté le 14/12/2020).
  5. Observatoire Régional de Santé Ile-de-France. E-santé : décryptage des pratiques et des enjeux. Mai 2019. En ligne : https://www.ors-idf.org/fileadmin/DataStorageKit/ORS/Etudes/2019/iSante/ORS_FOCUS_e_sante.pdf (Consulté le 14/12/2020).
  6. Haute Autorité de Santé. Numérique : quelle (r)évolution ? Rapport d’analyse prospective 2019. En ligne : https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2019-07/rapport_analyse_prospective_20191.pdf (Consulté le 14/12/2020).
  7. Institut Montaigne. E-santé : augmentons la dose. Rapport Juin 2020. En ligne : https://www.institutmontaigne.org/ressources/pdfs/publications/e-sante-augmentons-la-dose-rapport.pdf (Consulté le 14/12/2020).
  8. Fondation de l’Avenir. Qu’est-ce que la e-santé ? En ligne : https://www.fondationdelavenir.org/e-sante-definition/ (Consulté le 14/12/2020).
  9. Aude Lecubrier. Application de télésuivi Covidom : un dispositif à pérenniser ? Medscape. 29 septembre 2020. En ligne : https://francais.medscape.com/voirarticle/3606365#vp_1 (Consulté le 14/12/2020).
  10. AMF et Mutualité Française. 1er Baromètre Santé-Social : Territoires et Mutuelles engagés pour répondre aux attentes des Français. 8 décembre 2020.
  11. Le Figaro avec AFP. En 2019, 7,4 millions de Français vivaient dans un désert médical. 8 décembre 2020. En ligne : https://www.lefigaro.fr/social/en-2019-7-4-millions-de-francais-vivaient-dans-un-desert-medical-20201208 (Consulté le 14/12/2020).
  12. Drees. En 2018, les territoires sous-dotés en médecins généralistes concernent près de 6 % de la population. Études & Résultats. Février 2020. Numéro 1144.
  13. Leem. Santé 2030 – Une analyse prospective de l’innovation en santé. 2019. 209 pages.
  14. Drees. L’état de santé de la population en France. Rapport 2017. 436 pages.
  15. Drees. Le vieillissement de la population entraîne une hausse des dépenses de santé liées aux affections de longue durée. Études & Résultats. Septembre 2018. Numéro 1077.
  16. Ministère des Solidarités et de la Santé. La télémédecine. 27 mars 2020. En ligne : https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/prises-en-charge-specialisees/telemedecine/article/la-telemedecine (Consulté le 14/12/2020).
  17. ARS Ile-de-France. Objets connectés. Document élaboré par l’ARS Ile-de-France dans le cadre de la campagne Pare à chute. 2016. En ligne : https://www.iledefrance.ars.sante.fr/system/files/2018-08/Mooc6_Objets_connect%C3%A9s_16.pdf (Consulté le 14/12/2020).
  18. ComPaRe par l’APHP. Les maladies chroniques. En ligne : https://compare.aphp.fr/l-etude/liste-maladies.html (Consulté le 14/12/2020).
  19. Assurance Maladie. Qu’est-ce qu’une affection de longue durée ? 10 décembre 2020. En ligne : https://www.ameli.fr/medecin/exercice-liberal/presciption-prise-charge/situation-patient-ald-affection-longue-duree/definition-ald (Consulté le 14/12/2020).
  20. VIDAL. Myélome multiple. 27 juillet 2020. En ligne : https://www.vidal.fr/maladies/cancers/cancer-sang-myelome-multiple.html (Consulté le 14/12/2020).
  21. Ipsos. E-santé : vers l’empowerment du patient. 29 juin 2018. En ligne : https://www.ipsos.com/fr-fr/e-sante-vers-lempowerment-du-patient (Consulté le 14/12/2020).
  22. Assurance Maladie. Qu’est-ce que le psoriasis ? 27 août 2020. En ligne : https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/psoriasis/comprendre-psoriasis (Consulté le 14/12/2020).

FR-NPS-0121-00025 - JANVIER 2021

Back to Top