Souhaitez-vous quitter le site ?

Vous allez quitter le site www.amgen.fr et être redirigé vers un site externe. Amgen France n'est pas responsable du contenu présent sur ce site.

Actualités

30 ans de carrière chez Amgen France : « J’ai toujours pu rester moi-même »

img

Nous vous invitons à travers nos coulisses d’Amgen France, à découvrir une série de portraits de collaborateurs. Nous mettons en lumière la diversité des parcours des femmes et des hommes mobilisés chaque jour pour permettre aux patients de bénéficier des progrès de la recherche.

Qui mieux qu’un des premiers collaborateurs de la filiale française pour débuter cette série de portraits ? Rencontre avec Bruno Yaguiyan, directeur régional qui fête cette année ses 30 ans de carrière au sein d’Amgen France.

Bruno Yaguiyan a fait ses premiers pas dans l’industrie pharmaceutique en 1987 en tant que visiteur médical à Paris.

Avant cela, il avait successivement été agent administratif, pompier de Paris, secrétaire commercial puis commercial.

« Je me souviens avoir consulté les offres d’emploi parues dans le journal du jeudi, une partie concernait alors la grande distribution et une autre l’industrie pharmaceutique. J’ai postulé à diverses offres et n’ai reçu que des réponses de l’industrie pharmaceutique. Était-ce un signe ? »

En tout cas, sa carrière dans l’industrie pharmaceutique ne faisait que commencer. Après quatre ans dans un laboratoire pharmaceutique et dermo-cosmétique français, il ressentit l’envie de changer de structure.

Le 1er avril 1991, il devient le premier attaché scientifique de la jeune filiale française d’Amgen créée un an auparavant.

Une offre d’emploi avait attiré son attention : l’entreprise américaine de biotechnologies Amgen créait une filiale en France et recherchait six attachés scientifiques pour assurer le lancement d’un premier médicament sur le marché français, un médicament destiné à être utilisé dans la lutte contre les cancers.

Tout est allé très vite. « Je ne dirais pas que c’était le choix d’une petite structure ou du challenge pour les patients, mais plutôt le hasard de la vie. J’ai ouvert la bonne porte au bon moment et je ne regrette absolument pas cette décision. »

Son premier jour au sein d’Amgen l’a beaucoup marqué. « C’était un 1er avril. J’aurais pu penser à une blague lorsqu’on m’a attribué le matricule 007. » La filiale française n’avait que quelques mois d’existence et ne comptait que six collaborateurs avant l’arrivée de Bruno.

Il a rapidement démarré sa formation, et a été impliqué dans le recrutement de ses futurs collègues attachés scientifiques.

Bruno a travaillé sur le pré-lancement, le lancement puis la commercialisation du premier produit d’Amgen sur le marché français.

Son rôle en tant qu’attaché scientifique (ou AS) était d'assurer l'information médicale auprès des professionnels de santé de son secteur, le Grand Sud-Ouest. « L’AS doit tout faire pour que le professionnel de santé ait un schéma clair sur le bon usage de notre médicament et qu’il comprenne l’intérêt pour ses patients ainsi que les limites potentielles. L’objectif est que le médecin prescrive le médicament au bon dosage et au bon rythme chez tous les patients qui pourraient en avoir besoin ou qui pourraient en tirer un bénéfice. »

Bruno se souvient de l’importance d’entretenir une relation de confiance avec les professionnels de santé. « Un AS doit tout mettre en œuvre pour conserver l’accès au médecin, c’est-à-dire respecter ses conditions, ne pas lui faire perdre son temps, ne pas lui faire de surpromesses, respecter les engagements, être dans la capacité de lui apporter des réponses à ses questions, être crédible en ayant une bonne connaissance du produit et de son environnement… Il doit avoir une maîtrise parfaite des contraintes légales et réglementaires propres à notre secteur d’activité… »

En 1996, cinq ans après son arrivée chez Amgen France, Bruno est promu directeur régional pour assurer la direction d’une équipe d’attachés scientifiques.

Ses missions étaient à cette époque d’accompagner les AS sur le terrain, d’assurer la gestion des médecins leaders d’opinion, d’intervenir sur les situations les plus complexes…

Le métier de directeur régional a évolué au fur et à mesure des années. « Nous sommes aujourd’hui sur un rôle de pilotage de la région, de développement et de management de l’équipe d’AS. Le directeur régional s’assure que chaque personne de son équipe soit dans les meilleures conditions possibles pour atteindre ses objectifs. »

Bruno a toujours apprécié la diversité des tâches en tant que directeur régional, ainsi que la dimension humaine de son métier.

Il apprécie particulièrement le fait qu’il n’existe pas de journée type en tant que directeur régional. « Il s’agit d’un mélange de tâches prévues et imprévues. »

L’équipe reste ce qu’il apprécie le plus dans son métier. « L’humain est ce qui rend passionnant ce métier de management. Il faut adapter sa manière d’aborder les choses avec chaque membre de son équipe, et savoir la faire évoluer dans le temps. »

En 2001, il a l’opportunité de participer à l’arrivée d’Amgen France sur une nouvelle aire thérapeutique, la prise en charge des maladies rénales.

Ce fut un grand défi qui s’inscrit pleinement dans les valeurs d’Amgen : innover et se surpasser au service des patients. « L’entreprise n’a cessé de grandir et de s’adapter à son environnement sans se perdre : toujours chercher à proposer des produits qui apportent un bénéfice aux patients. »

Bruno n’est jamais resté plus de deux ans sans constater une évolution dans son travail : région d’intervention, aire thérapeutique, produit, réseau de professionnel de santé…

"J’ai eu la chance de lancer plusieurs produits dont deux prix Galien [ndlr : les prix Galien récompensent des innovations thérapeutiques récentes et des travaux de recherche pharmaceutique]. J’ai eu la chance de pouvoir constater les bénéfices que nos produits apportaient aux patients."

Il a vu l’équipe s’étoffer progressivement. Amgen France compte aujourd’hui 350 collaborateurs, contre 6 lorsqu’il est arrivé.

En 2021, il fête ses 30 ans de carrière au sein d’Amgen France.

« J’y suis resté parce que j’y suis bien et que j’ai toujours pu rester moi-même. Je n’ai jamais joué un rôle, ce qui n’a pas de prix à mes yeux. »

Il explique que les valeurs d’Amgen France ont largement motivé son choix de poursuivre sa carrière au sein de l’entreprise : « le respect de l’individu et des différences, l’égalité, le droit à l’erreur dans la mesure où on l’assume et la corrige, la possibilité de rester soi-même sans devoir se conformer à des stéréotypes, la possibilité de dire ce que l’on pense… »

Bruno a un conseil pour les personnes qui souhaiteraient rejoindre Amgen France : « Restez-vous même lors de l’entretien de candidature. Vous verrez qu’il n’existe pas de profil type au sein d’Amgen France. »

« Je souhaite rendre à Amgen ce qu’ils m’ont apporté pendant toutes ces années. »

Remerciements à Bruno Yaguiyan pour cet échange (interview réalisée le 07/06/2021)

FR-NPS-0721-00027 – Juillet 2021

Back to Top